orpheopolis-des-maisons-du-coeur

Est Républicain

30 avril 2009

< Retout à la liste

Est-Republicain-30.04_ret

Des maisons du cœur

Derrière le grand portail électrique vert, on distingue de coquettes petites maisons orangées. C'est là que seront installés les locaux destinés à l'accueil des orphelins de la police.

Baptisé Orphéopolis, le projet accueillera 36 enfants, de 6 à 20 ans, orphelins de père ou de mère policiers. Une première dans le Grand Est.

« C'est la troisième structure de ce genre en France, précise Frédéric Bellamy, directeur de prestations. Les autres sont basées à Agde, dans l 'Hérault et à Bourges. »
Et l'on est bien loin de l'image d'Epinal jaunie que l'on se fait d'un orphelinat. Quatre maisons différentes, des chambres individuelles et des espaces communs. Et toute une organisation d'accueil et d'accompagnement, pour venir en aide aux enfants dela façon la plus complète possible. «Nous avons en permanence des éducateurs, une psychologue, une assistante sociale et des professeurs qui viennent, chaque soir, donner des cours de soutien. ›› Tout ça sous la houlette de Brigitte Pouzoulet, la directrice de l'établissement. Elle qui gérait auparavant la maison d'Agde est désormais chargée de « tisser des liens avec les écoles, les associations sportives, voire d'autres structures d'aide externes. ››

Pas tous orphelins

Ici, en moyenne, un éducateur s'occupe de trois enfants, de quoi créer un lien privilégié avec eux. Et de faire d'Orphéopolis un second foyer, à taille humaine. « 90% des enfants dont nous nous occupons sont orphelins de père, de mère, parfois des deux. Mais nous accueillons aussi des enfants de fonctionnaires de police en difficulté. Il arrive que des parents, à l'issue d'une séparation ou d'un accident, aient des ennuis d 'argent et ne puissent plus subvenir à leur scolarité. C'est à nous de les prendre en charge» explique Frédéric Bellamy. Pour ceux-ci, conserver un lien avec leur famille est primordial, d'où l'intérêt d'avoir un accueil qui leur permette de rentrer chez eux quand ils le veulent. Ou bien d'héberger des proches en visite dans l'appartement prévu à cet effet.

Financement privé

« Le principe d'un orphelinat de la police existe depuis longtemps. Auparavant nous avions une seule grande structure, dans le Cher, qui a accueilli jusqu'à 280 enfants pendant la guerre d'Algérie. Nous avons voulu casser ce fonctionnement qui ne correspondait plus du tout à notre époque ›› D'où les petites maisons de neuf chambres chacune, qui sentent bon la chaleur familiale. Entièrement financé par les dons des quelque 100.000 adhérents de l'association, Orphéopolis scolarisera «ses» enfants dans les écoles alentour pour les «faire participer à la vie de la commune. ››

Comment est déterminé le placement d'un enfant dans l'un des trois centres de France ? « Ce sont eux-mêmes qui le demandent. Certains ont besoin de s'éloigner de chez eux: pour surmonter l'épreuve d'un décès. Sinon, c'est en fonction des places disponibles ››, détaille le directeur de prestations.
Sous le parrainage de Michel Platini, qui a posé la première pierre du projet en juin2006, l'établissement ouvrira ses portes et son cœur à la prochaine rentrée de septembre. En attendant, les ouvriers s'activent et retouchent d'une main experte les demières finitions. Plus tard viendront le montage du mobilier et l'installation de l'électroménager dans les cuisines américaines.

Puis ce sera Aldo Platini, et non pas Michel cette fois, qui coupera le ruban pour l'inauguration le 28 mai prochain. Alors les enfants prendront possession des lieux pour les faire vivre. Les couloirs aux teintes fraîches et gaies, orange et jaune, résonneront de leurs cris et de leurs rires.

Comme un pied de nez à une vie qui ne leur a pas toujours
fait de cadeaux.
Marion Jacob